Trois à quatre ans après la fin d’un Case Management, PK Rück mène une enquête sur la situation professionnelle actuelle auprès des qui ont suivi un parcours de réinsertion réussi. Les résultats pour l’année 2016 sont à présent disponibles : presque toutes les personnes jadis en incapacité de travail sont toujours actives dans leur profession. Soit elles travaillent avec le même taux d’occupation qu’avant, soit elles exercent une activité adaptée. Une nette majorité des personnes interrogées opterait à nouveau pour un Case Management auprès d’un partenaire de PK Rück.

Nous estimons que la COVID-19 entraînera une augmentation des suppressions d’emplois ainsi qu’une hausse du stress psychologique, pouvant à son tour conduire à une incapacité de travail voire même une invalidité. C’est à ce stade que les concepts de réinsertion professionnelle capables d’interrompre cette chaîne de causalité et de faciliter le retour des personnes touchées dans le monde du travail s’avèrent particulièrement importants.

Cela fait déjà plusieurs années que nous recourons au Case Management comme mesure de réinsertion. Afin de vérifier la durabilité et l’efficacité de cette démarche, nous procédons régulièrement à une enquête auprès des personnes concernées. Ce faisant, nous examinons également l’impact à long terme et contrôlons la qualité du processus. L’enquête est réalisée trois ans après la fin d’un Case Management. Les résultats de l’enquête montrent que le concept de réinsertion professionnelle de PK Rück via un Case Management a fait ses preuves et peut être considéré à la fois comme réussi et durable.

Après trois ans, presque tous les participants sont aptes au travail
L’indicateur le plus important pour la réussite et l’efficacité d’un Case Management est la capacité de travail retrouvée des personnes interrogées. 94 % se déclarent comme à nouveau aptes au travail, ce qui constitue un résultat réjouissant pour tous les participants. Seuls 6 % ne sont plus en mesure de travailler ou sont employés dans un environnement protégé.

La majorité continue à travailler avec le même taux d’occupation, la plus petite partie l’a réduit
Notre objectif est d’aider le mieux possible les personnes en incapacité de travail, afin qu’elles reprennent leur activité professionnelle. Un bon 60 % des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête déclare avoir un taux d’occupation identique, voire supérieur, à celui qui existait avant leur incapacité de travail. Les 40 % restants ont réduit leur taux d’occupation. L’objectif de maintenir autant que possible la capacité de travail a par conséquent été atteint.

75 % des participants renouvelleraient l’expérience
Le sens et l’impact d’un Case Managements semblent incontestés pour la majorité des
participants : le cas échéant, 75 % choisiraient à nouveau un soutien sous forme de Case Management.

La notification précoce est un facteur de réussite essentiel
L’enquête actuelle attribue une très bonne note au Case Management de PK Rück et de ses partenaires en matière de réussite et durabilité – aussi en comparaison avec des enquêtes précédentes. La démarche a fait ses preuves, puisque qu’en cas de notification précoce, elle contribue à un taux de réinsertion professionnelle élevé de 65 % en moyenne. Un facteur-clé de réussite réside dans le démarrage du Case Management : ses chances de succès augmentent avec la précocité de la procédure. Une attitude proactive et rapide en matière de notification de la part de l’employeur joue un rôle central.